Les expositions

Chaque mois le Salmanazar accueille une exposition. Peinture, dessin, photo, artisanat, chaque année des dizaines d’artistes se succèdent pour vous faire découvrir leurs œuvres.

Jusqu’au 16 Mai 2018, vous pourrez découvrir l’exposition:

// DEDANS de Leonard Thoyer //

Festival INDELEBILE 2018

29186248_1061694107303002_72231827976224768_n

 


-Il fait sombre ici, non?
-Normal ma gueule, on est dedans.

Est-ce une dystopie, ou le reflet d’un monde qui nous enferme dans son ventre, dans le concert gastrique et acide des couloirs de nos villes modernes?
Des plans urbanistiques accouchés par des robots technocrates aux enclaves libératrices – friches, terrains vagues ou maisons hantées, «DEDANS» vous propose une balade de l’intérieur, et de ceux qui l’habitent: marlou.e.s, briscard.e.s, voleur.euse.s, criaveur.euse.s de hérisson.ne.s voyou.elle.s, lardu.e.s, junkies, sans oublier les enfants perdus, nos chères têtes pas si blondes, qui planquent la came dans la couche du p’tit frère.

Léonar est né dans un novembre glacé de 1986 dans l’est parisien. Il rate rapidement ses études pour consacrer son temps à des loisirs stupides comme écrire sur les murs ou gribouiller des petits mickeys dans des cahiers.

 

29543314_1070401126432300_4262524138746094069_n29571131_1070401116432301_1758898215531158143_n

 

 

>> A partir du 19 Mai, venez découvrir la prochaine exposition du Salmanazar avec un ensemble de portraits photographiques réalisé dans le cadre de la campagne d’ Act Up Sud-ouest autour de l’ “Objectif 90-90-90 pour mettre fin à l’épidémie de VIH/Sida
// Expo à découvrir dans plusieurs lieux de la ville //

Pour atteindre l’objectif 90-90-90, qui peut faire baisser radicalement les contaminations, trois facteurs doivent être réunis :

90 % des personnes vivantEs avec le VIH/SIDA connaissent leur statut sérologique
90 % de ces personnes suivent un traitement antirétroviral (ARV)
90 % des personnes sous traitement présentent une charge virale indétectable (CVI).

Le terme «indétectable» est utilisé lorsque la quantité de VIH présent dans le sang est très faible ; le risque de transmission est quasi-nul. Toute personne séropositive, porteuse du VIH, qui prend un traitement ARV dans le cadre d’un suivi médical régulier et présente une charge virale indétectable depuis plus de six mois, ne transmet pas le virus à ses partenaires sexuels.
Si on parvient à cet objectif des « 3×90 » dés 2020, on pourra en finir avec l’épidémie de VIH/SIDA comme menace de santé publique d’ici 2030.

 

32219299_2135441860008577_3149287827808714752_n

 

31490133_2130420230510740_4088505812899594240_n